Keylogger et usurpation d'identité Keylogger et usurpation d'identité

Attention dans l'utilisation d'un keylogger pour éviter d'être victime d'usurpation d'identité

Pour éviter que votre identité soit usurpée au moyen d’un enregistreur de frappes, ou « Keylogger », notre Cabinet expert en Droit pénal du numérique vous informe sur les astuces et les bons gestes à adopter.

Vos données personnelles sont précieuses et vous devez y accorder le plus grand soin afin de limiter les risques d’utilisation frauduleuse de celles-ci.

Si néanmoins il arrivait que votre identité soit usurpée, vous devez agir rapidement pour vous prémunir au mieux des conséquences qu’un tel délit peut engendrer.

L’usurpation d’identité via une attaque keylogger est rendue possible lorsque vos données sont récupérées par un cyberattaquant de manière illicite, en enregistrant l’ensemble de vos frappes au clavier de votre ordinateur ou sur l’écran de votre téléphone portable.

Par définition, cette cyberattaque permet au pirate informatique de capter via un logiciel malveillant l’ensemble des frappes au clavier d’une personne. Elle permet donc de voler des informations confidentielles, des mots de passe ou coordonnées bancaires.

L’usurpation d’identité peut avoir des conséquences dramatiques pour les victimes : interdit bancaire, perte d’emploi, assignation en justice emprisonnement, problème de santé (traumatisme, dépression, etc.).

Il est donc primordial de connaître les signes annonciateurs d’une cyberattaque et prendre le plus tôt possible les mesures qui permettront de limiter les conséquences de celle-ci et notamment l’usurpation de votre identité.

 

Qu’est-ce qu’un enregistreur de frappe ?

L’enregistreur de frappes, ou keylogger, est une forme de spyware. Le spyware ou « espiogiciel » est généralement défini comme un logiciel malveillant qui permet au cyberattaquant d’espionner l’entièreté de l’activité de la victime sur son système d’information. 

Il permet de collecter et transmettre toutes les informations du terminal mais également ses usages habituels (heures de connexion, manière de frapper au clavier, etc.).

En d’autres termes, tout ce que vous tapez sur votre ordinateur sera enregistré et retransmis au cyberattaquant, y compris vos mots de passe, vos courriels, vos recherches, vos identifiants et coordonnées bancaires.

Chaque mouvement du clavier ou chaque pression sur l’écran de votre smartphone est enregistré.

 

Comment détecter et supprimer un enregistreur de frappe ?

Voici quelques astuces pour détecter plus facilement un enregistreur de frappe :

  • Un navigateur lent
  • Un décalage des mouvements de la souris ou des frappes au clavier
  • Un curseur qui disparaît

Pour détecter efficacement les enregistreurs de frappes, utilisez un logiciel antivirus.

Si vous détectez la présence d’un enregistreur de frappes sur votre ordinateur, il vous est possible de le supprimer manuellement ou via un antivirus.

Pour le supprimer manuellement, il vous suffit de désinstaller le programme malveillant. Pour cela, consultez la liste de vos programmes et inspectez-les. Si l’un des programmes vous paraît suspect, supprimez-le. 

Néanmoins, le moyen le plus sûr et le plus simple pour se débarrasser d’un enregistreur de frappe est l’installation d’un antivirus.

 

Quels gestes adopter en cas d’usurpation d’identité ?

Si vous êtes victime d’une usurpation de votre identité, il est absolument nécessaire que vous adoptiez au plus vite les bons gestes. 

Dans un premier temps il vous est conseillé de conserver le plus de preuves en votre possession, qu’ils s’agissent de messages ou courriers électroniques, captures d’écran, documents, etc., tant qu’ils peuvent confirmer l’usurpation. 

Il vous est conseillé dans un second temps de le signaler aux plateformes sur lesquelles votre identité a été usurpée. Des liens de signalement spécifiques ont été créés pour chaque plateforme. 

Vous pouvez si vous le souhaitez, déposer plainte auprès du commissariat de police ou de la brigade de gendarmerie la plus proche.

Contactez votre établissement bancaire pour signaler l’usurpation de votre identité et faites opposition si vous informations bancaires ont été subtilisées par le cyberattaquant.

Faites annuler et renouveler vos pièces d’identité si elles ont été utilisées par le cyberattaquant et demandez à tous les organismes où l’escroc a utilisé votre identité de produire une attestation sur l’honneur confirmant que vous n’étiez pas l’auteur de ces actes.

Vous pouvez contacter la Banque de France pour vous assurer qu’aucun crédit ou compte bancaire n’a été ouvert en votre nom.

Si vous avez besoin d’être conseillé, le ministère de l’Intérieur met à votre disposition la plateforme Info Escroqueries.

 

Si vous suspectez être victime d’une cyberattaque, adoptez les bons gestes et contactez-nous, notre cabinet Avomedias vous propose ses services pour vous accompagner tout au long de vos démarches juridiques.

Notre Cabinet Avomedias vous propose ses services pour vous accompagner tout au long de vos démarches juridiques. 

Notre expertise en matière de Droit pénal du numérique :

  • Prévient toute atteinte à votre vie privée et à la confidentialité de vos données personnelles ;
  • Permet de vous conseiller au mieux afin de protéger votre organisme contre d’éventuelles cyberattaques ;
  • Assure une représentation de qualité de vos intérêts devant les juridictions civiles ou pénales et devant les autorités administratives compétentes.

Me Steve OUTMEZGUINE

Me Steve OUTMEZGUINE

Fondateur du Cabinet Avomedias

Contactez nous

contact@avomedias.law
01 84 14 52 02

Notre adresse

47 Avenue Hoche
75008 Paris

Prendre rendez-vous

Prenez rendez-vous par téléphone
Du lundi a vendredi de 9h a 19h

Nous écrire
01 84 14 52 02

Avec votre consentement nous utilisons des cookies pour faciliter votre expérience avec nos services et analyser notre trafic. Vous pouvez gérer ou retirer votre consentement à tout moment. Vous pouvez paramétrer les cookies en cliquant sur le bouton ci-dessous. Pour plus d’informations sur l’utilisation des cookies, vous pouvez consulter notre Politique des cookies.